Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

Qui a décidé de l'entrée des troupes rwandaises en RDC ? La vraie-fausse arrestation de Nkundabatware, une distraction.

Mes frères et soeurs,

Chers compatriotes,

Qui a décidé de l'entrée des troupes rwandaises en RDC ?

Le Président de l'Assemblée nationale : ‘‘Je n'ai pas été informé''; le Président du Sénat : ‘‘Je n'ai pas été informé''; le Chef d' Etat-Major General des FARC : ‘‘Je n'ai pas été informé''. Lambert Mende , ministre de la communication et porte-parole des étrangers ( RCD comme et/ou puis RDC rwandais ): “nous avons invité des officiers des renseignements (par MILLIERS !)   pour observer la traque contre les FDLR . Cette opération conjointe consécutive à l'accord du 5 décembre 2008   (??!!)  qui s'effectue en concertation avec la Monuc ” ».. Non, répond la Monuc qui relève à son tour qu 'elle n'a pas été associée à la planification de cette opération et n'y participe pas.  Et Le Potentiel ( du 22/01/2009)  de constater, à juste titre, une Étrange cacophonie au sein des Étranges institutions nationales alors qu 'il s'agit d'une affaire relevant de notre souveraineté nationale.

Souveraineté nationale ? !?!  Selon le Préambule de la Constitution de la RDC du 18 février 2006 : ‘‘les affaires étrangères, la défense et la sécurité, autrefois domaines réservés du Chef de l' Etat , sont devenues des domaines de la collaboration'' (Exposée des motifs, point 3 organisation et exercice du pouvoir). En tous cas dans les faits au moins, il s'agirait  en l'espèce d'un traité de paix ou d'un traité relatif au règlement des conflits internationaux (entre le Rwanda et la RDC ) au sens de l'article 214 de la Constitution de la RDC du 18 février 2006. Par conséquent, il n'aurait pu être ratifié ou approuvé qu 'en vertu d'une loi (qui, bien entendu, émane du parlement). Hélas, ni le Sénat, ni l'Assemblée Nationale, même pas l' Etat-Major Général des FARC n'en ont été informés !  Acte de Haute Trahison.

Dès lors, selon Le Potentiel (22/01/2009), la question maintenant est celle de savoir qui a décidé de cette entrée des troupes rwandaises en RDC .

Serait-ce sur fond du Protocole de « Non agression et de Défense mutuelle » ? Pas sûr. L a Conférence internationale sur la région des Grands Lacs a adopté un protocole de « Non agression et de défense mutuelle dans la région des Grands Lacs ».  Ce texte juridique a été signé par la RDC et le Rwanda ainsi que les neuf autres Etats membres de la CIGL . L 'article 8 de ce protocole porte justement sur les « Mesures contre les groupes armés ». Il dispose entre autre que :  « 1.- Par le Présent protocole, les Etats membres dénoncent tous les groupes armés sévissant dans la région des Grands Lacs et renoncent à toute association avec de tels groupes et conviennent de combattre fermement toutes les activités perpétrées par de tels groupes ; (…) 7.- Tout Etat membre qui ne peut ou ne veut pas intercepter des groupes armés en fuite ou agissant sur son territoire sera encouragé à conclure des accords bilatéraux déterminant les conditions dans lesquelles les forces armées d'un autre Etat membre peuvent se lancer à la poursuite des dits groupes armés à condition que ces accords soient conformes aux objectifs du présent Protocole (Le Potentiel 23/01/2009). Ce texte n'est pas self-executing, il est executory. Nous allions dire que la RDC est, par ce protocole, appelée à conclure  (sans trahison, conformément à sa constitution) des accords qui eux pourraient être directement applicables et permettre aux forces armés d'un Etat contractant d'entrer sur notre territoire. Ce protocole ne peut nullement fonder cette entrée de l'armée rwandaise en RDC. Il aurait fallu un accord précis et directement applicable entre nos deux pays.

Selon Le Potentiel du 22/01/2009 (Entrée des troupes rwandaises en RDC : cacophonie au sein des institutions), Le président de l' Assemblée nationale a rappelé que son institution a adopté un « plan de sortie de crise » soumis au gouvernement comme recommandation. Ce qui explique la tenue des négociations de Nairobi et les démarches engagées pour normaliser les relations avec le Rwanda . Ce plan, selon lui, précise  Xinhuanet du 22/01/2009 (Le président du parlement exige une explication sur la présence des militaires rwandais au Nord-Kivu ), prévoyait un cadre pour examiner le cahier des charges des rebelles congolais, l'éradication des milices rwandais " Interahamwe " avec le concours d'une force régionale de la Communauté de développement de l'Afrique australe ( SADC ), appuyée par la Mission des Nations Unies en RDC ( Monuc ). Partant, à suivre l'étonnement de Vital Kamerhe , nul doute que ce plan de sortie de crise n'implique pas cet acte grave qu 'il aimerait croire faux. R adiookapi.net du 20 Janvier 2009 à 20:31:57 L L   : “Le président de l'Assemblée nationale déclare n'avoir pas été informé de quoi que ce soit sur l'intrusion de l'armée rwandaise sur le territoire congolais (…) Maintenant vous me dites que les troupes rwandaises viennent d'entrer au Congo , je préfère croire que c'est faux, puisque si c'est vrai, c'est tout simplement grave, parce que cela va soulever un certain nombre de questions. Nous nous posons la question de savoir dans quel état d'esprit se trouvent nos populations qui viennent à peine de sortir de l'agression rwandaise ”, s' interroge-t-il .

De meme, Radio Okapi (23 Janvier 2009 à 07:18:54): Un groupe de sénateurs de 4 provinces du pays ont eu une entrevue mercredi avec le président du Sénat Kengo Wa Dondo . Ils sont allés s'enquérir de la situation concernant l'entrée de troupes rwandaises dans l'Est de la RDC ainsi que de la situation sur terrain concernant l'offensive contre la LRA , indique radiookapi.net Le sénateur Boniface Balamage , qui a fait partie de cette délégation, revient sur cette rencontre : « Nous sommes allés voir le président, pour que celui-ci puisse voir le premier ministre ou le président de la République , pour s'enquérir du chronogramme de l'entrée des troupes rwandaises . Ils doivent entrer à combien, quand est-ce qu 'ils retournent chez eux ? Nous sommes aussi aller exprimer nos inquiétudes. Quand vous regardez la situation en Province Orientale, c'est la population qui paie le lourd tribut. Nous avons les mêmes craintes que ceci ne se produise lorsque l'armée rwandaise et l'armée congolaise vont commencer à attaquer les Interhamwe . Le gouvernement l'a fait sans en informer l'opinion nationale et internationale, la Monuc n'est pas associée à ces opérations, et les gens qui signent ces accords là, c'est des personnes qui, visiblement, n'ont pas qualité même s'ils ont été mandatés. Ça a été signé par le commandant de la police . Les ministres qui sont concernés parce qu 'ils ont en charge ces questions là, n'ont pas été présents. Le président du Sénat nous a dit que lui-même n'était pas informé , mais qu 'il avait rendez-vous avec le chef de l' Etat , qui va sûrement lui dire les tenants et les aboutissants de la présence des troupes rwandaises . »

Ce plan de sortie de crise n'est donc pas un accord ou l'accord avec le Rwandais , pas plus qu 'il n'autorise le Préfet du Lycee X / Dikongelo ou Lokenye d'aller conclure un traité de paix ou de règlement de conflit armés avec le Rwanda !

Lambert Mende parle  d'un accord du 5 décembre 2008 . ??!!  Selon Radio Okapi, le Rwanda et la RDC auraient effectivement signé un accord non rendu public   (disons secret ) le 5 décembre 2008. A en croire les informations en possession de cette Radio, lors de sa visite à Kinshasa , le général major James Kabarebe , chef d' Etat major de l'armée rwandaise , est venu s'entretenir avec son collègue, le général Etumba , des modalités de l' application de cet accord.  Or, selon Radio Okapi , (22 Janvier 2009 à 12:32:58) Les opérations militaires conjointes des armées congolaise et rwandaise contre les FDLR ne sont pas connues, jusque là, par le Lieutenant général Didier Etumba , chef d'état-major général des FARDC . Elles n'engagent que le gouvernement qui les a annoncées. Cette déclaration a été faite, ce jeudi à Kisangani . Lambert Mende et ses maîtres doivent nous permettre de douter que ça soit cet accord secret qui, conformément à notre Constitution (!!!), fonde légalement cet acte grave contre notre souveraineté, cette intrusion rwandaise en territoire congolais.

Selon Radio Okapi , (22 Janvier 2009 à 12:32:58), Au cours de sa dernière réunion, le gouvernement a décidé du « recours à la force » pour neutraliser les interahamwe [ses forces supplétives il y a seulement quelques jours !]. Et au début du mois de janvier, à Goma , James Kabarebe signe le plan de planification de l'opération avec l' Inspecteur général de la Police , le général Numbi , après la déclaration de fin de guerre du CNDP-Bosco Ntaganda . Serait-ce ce ‘ trait é du chef de la police congolaise [autorité habile, à la lecture que l'école des taxi-men de Tanzanie fait de notre Constitution !!] ' fonde juridiquement cet acte que Vital Kamerhe (l'un des grands chefs du PPRD de Kabila ) du haut du Palais de Nation et non JP Bemba (depuis La Haye ) qualifie de grave ? car touchant à notre souveraineté nationale ?! 

Bien sûr qu 'il faut en finir avec ces forces négatives. Toutefois, parce que ça touche notre souveraineté nationale, on ne peut se comporter en amateurs qui sèment confusion à tout bout champ. On ne peut se comporter comme ces hypocrites qui tous n'ont rien vu, rien entendu, gestionnaires irresponsables des institutions de la République en dysfonctionnement ou en fonctionnement « étrange », avec des agendas cachés.

Chers compatriotes, ce régime des étrangers et leurs collabos a déjà signé trop d'accords secrets qui mettent en danger notre avenir.  On se rappellera que, au moins jusqu'au début de leurs applications, les accords de ce régime avec les chinois n'étaient pas connus des parlementaires. Et l'on ne saurait dire que notre souveraineté n'y était pas ou n'y est pas en jeux. C'est la même méthode qui continue !!

Chers compatriotes, attention, l'article 217 de la Constitution de la RDC du 18 février 2006 ( la matrice de cette constitution a été conçue à Lièges / Belgique par les Maîtres du Monde comme Sarkozy , dans un esprit de plus en plus clair ) risque de nous exploser à la figure d'ici peu. Par cette disposition, tout Kabarebe actuellement à la tête de notre pays, en tant représentant de la RDC ,   ‘‘ peut conclure des traités ou des accords d'association ou de communauté comportant un abandon partiel de sa souveraineté [de son territoire, de ses richesses] en vue de promouvoir l'unité africaine''. Étrange disposition dans la constitution d'un ‘immense pays à organisation étrange et aux dirigeants étranges' !

Parce que  cette cacophonie commençait à gêner, une distraction arrive: Nkundabatware.

Radio Okapi  (23 Janvier 2009 à 13:50:30)  : L'unique source dont nous disposons, jusque-là, c'est le communiqué officiel de l' Etat-major des opérations conjointes des forces armées de la République démocratique du Congo , FARDC et des Forces de la défense rwandaise , RDF , rendu public ce vendredi à Goma . Un communiqué très laconique qui annonce l'arrestation du Général déchu Laurent Nkunda jeudi soir sur le sol rwandais , où il était en fuite. Avec trois bataillons, qui lui restaient encore fidèles, il avait tenté une résistance, mais sans succès, précise le communiqué signé par le Chargé des opérations le Lieutenant général John Numbi . Curieux non ?!

Radio Okapi  nous annonçait (22 Janvier 2009 à 12:32:58) que les troupes FARDC ainsi que des militaires rwandais , partis mardi du nord de Goma , sont arrivés à Rutshuru-centre et à Kiwanja depuis mercredi soir. D'autres troupes FARDC ont continué d'arriver ce jeudi à Kiwanja , en provenance de Kanyabayonga , notamment au nord. La cohabitation entre les troupes qui arrivent et celles du CNDP-Aile Nkunda , trouvées sur place, ne semble pas poser des problèmes pour l'instant. L'atmosphère est à la confiance entre les troupes qui arrivent, y compris les militaires rwandais , et celles du CNDP-Aile Nkunda qu 'ils rencontrent sur place, affirment des habitants de Kiwanja . Côté CNDP-Aile Nkunda , un cadre, qui a requis l'anonymat, déclare que son mouvement n'exclut pas la possibilité de prendre part à des opérations programmées contre les FDLR dans la zone, pour autant, dit-il , qu 'elles tiennent compte des préoccupations d'une population qui a vécu plus de 14 ans avec les FDLR . Cependant, il ajoute que son mouvement souhaite que les partenaires tiennent compte de son plan déjà établi à ce sujet, pour ne pas être tenu responsable des exactions du genre « massacres de Kiwanja » . Entre-temps, la situation est restée calme ce jeudi, rapporte radiookapi.net

( La Libre 21/01/2009 / Marie-France Cros ) : L'offensive contre les FDLR : l'offensive rwando-congolaise débute. Cette offensive a permis au rebelle tutsi congolais Laurent Nkunda de montrer son pragmatisme - mais a-t-il le choix ? Il "n'empêchera pas" la neutralisation des FDLR : "Je comprends que c'est une opportunité qu 'on ne peut pas rater", a dit le chef rebelle sur RFI . Mieux même : il en oublie ses dissensions avec le général dissident Bosco Ntaganda , qu 'il dit "terminées. Il est revenu dans la chaîne de commandement et donc nous devons tous aller dans le même sens" - contre les FDLR .

Comment explique que vers 22 h 00 ce jeudi même, il y ait eu affrontements entre ‘‘on ne sait quelles forces armées'' et les troupes encore fidèles à Nkunda ?! alors qu 'il y avait ce calme, ces retrouvailles relayées par radio Okapi ?! De toutes les façons, des tels affrontements, si c'était vrai, auraient eu lieu sur territoire congolais contrôlé par ce monsieur. Brusquement, on prétend que ces affrontements auraient eu lieu au Rwanda , sur territoire rwandais où 3 bataillons de Nkunda auraient essayé de résister avant qu 'on l'arrête ou qu 'on prétende le mettre en résidence surveillée ou qu 'on le détienne sur un camp militaire rwandais ou un lieu tenu secret ?! C'est de la poudre aux yeux, pour distraire les congolais de cette haute trahison et amener leurs regards ailleurs, attirer l'attention sur la vraie-fausse arrestation de Nkunda .

En realité, les frères de Nkunda de Kinshasa et de Kigali lui ont demandé de se rendre et de couler des jours heureux au Rwanda (pendant un temps) avec des comptes bancaires fournis et une securité assurée. Pendant ce temps, sa prétendue arrestation peut servir à distraire l'opinion congolaise. A en croire RFI , Journal de  14 h 30' TU 23 janvier 2009 : ‘‘un Officier rwandais aurait demandé à N kunda de se retirer du jeu et de se rendre au Rwanda . Ce que celui-ci a fini par accepté''. Version crédible. 

Reste à jouer la farce d'une demande d'extradition de Nkundabatware vers la RDC , demande que le Rwanda , dans sa souveraineté, refusera d'exécuter.

Fraternellement

Me Léon OTSHUDI OKONDJO
lokondjo@yahoo.fr

© Congo Vision


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.