TRAVAIL ET DIALOGUE
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews, Entrevues...
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

Honoré Ngbanda

Désinformation ou démagogie ?

Norbert Mputu

L 'apprentissage de la démocratie passe par l'expression libre. Un chacun puisse librement exprimer ses vues et défendre ses opinions. Mais, les démagogues et les bons parleurs savent en profiter aussi pour laver les cerveaux du commun des mortels.

Il existe, dans l'histoire de toute nation, des points sombres dont la seule évocation fait jaser plus d'un. Parler du nazisme en Allemagne et dans le monde libre est une vraie provocation. Vanter l'holocauste des juifs est une vraie hérésie. De même, pour l'histoire proche du Congo-Kinshasa, le mobutisme avec ses maux et surtout le MPR avec ses méthodes réveillent certains souvenirs cauchemardesques de la part des populations congolaises. Si Patrice Lumumba s'est révolté contre le discours du Roi Baudouin à l'indépendance et celui du président Kasa-vubu par le fait que les deux vantaient, d'une façon ou une autre la colonisation, à plus forte raison plus d'un congolais, en tout cas de notre génération, a-t-il la chair de poule chaque fois que l'on évoque le MPR, le mobutisme. Les méthodes du Mobutisme et du MPR parti-Etat furent toutes sauf une démocratie. Il ne faudra pas des preuves et surtout une argumentation pour le prouver ou le nier. Honoré Ngbanda le sait et devrait vraiment le savoir. Les confrères journalistes qui sont à son service ou qui ont l'occasion de l'interroger devrait ne pas manquer l'occasion de lui poser certaines questions clefs et importantes sur la gestion de la période Mobutu, surtout celle qui va du discours du 24 avril 1990 à sa chute. Honoré Ngbanda, conseiller spécial en matière de sécurité ministre de la défense en sait plus et a le devoir de nous en parler. Non pas comme il l'a chaque fois dans ces ouvrages magistralement écrits et savamment documentée, mais avec les mots les plus simples.

Lorsqu'on entend par exemple aujourd'hui Honoré Ngbanda, de par les temps qui courent, soutenir mordicus leur thèse sur les massacres de Lubumbashi, on n'est pas loin de croire que le sieur Ngbanda se croit encore du temps du Parti-Etat où seul le « dialelo » dictait sa loi. Nous sommes certes d'accords et nous l'appuyons pour toutes les révélations au sujet d'une guerre externe contre les intérêts du peuple congolais, guerres menées par les américains et leurs ouailles, mais la crise congolaise est aussi une crise interne où les forces internes, les gestionnaires des différents pouvoir, Mobutu le premier, ont toujours mis des battons dans les roues de la démocratie. Ils ont toujours mis des peaux de bananes aux pieds des démocrates. Même s'il y a certes eu beaucoup d'intoxications et désinformations de la part des médias anti-Mobutu, il y a eu aussi des vérités. Mobutu a tué et a assassiné. La gestion MPR a été catastrophique. L'État appartenait à certains intouchables et à certains barrons dont les fils se servaient du pays comme leurs biens privés. Mobutu a fermé les universités et a tué les étudiants. Ceci n'est pas un argument pour les gestionnaires actuels qui ont aussi leurs parts de bavures dans la gestion catastrophique post-Mobutu.

Au sujet des massacres de Lubumbashi, il faudra se demander comment les mobutistes peuvent toujours soutenir qu'il n'y a eu qu'un seul mort, dès le moment qu'il est établi qu'il y a eu un commando venu de Kinshasa et parti à Lubumbashi pour opérer dans la nuit du 11 au 12 mai 1990. On ne va vraiment pas nous faire croire qu'un tel commando choc n'est allé que pour égorger un mort et revenir à Kinshasa siroter de la bière ! On a entendu encore, d'une façon fanfaronnade, le sieur Koyagialo qui en sait aussi quelque chose et qui a certes une conscience chargée sur le sujet, continuer à soutenir la même thèse sur les antennes de certaines télévisions à Kinshasa. Désolé

Si Honoré Ngbanda et son APARECO voudraient avoir du poids sur l'échiquier national, ils devront vraiment avoir un profil bas quant aux périodes noires de Mobutu. Le peuple congolais pardonne, mais n'oublie pas. L'opinion avait peut-être trop exagéré sur le rôle d'un Ngbanda dans les opérations « hiboux » et « mai ya moto », et Ngbanda en avait peut-être aussi besoin en ces temps-là, pour son pouvoir et son job, mais dire vraiment qu'il ne savait rien des assassinats, des tueries et qu'il a les mains vraiment propre est une façon vraiment incroyable de forcer la dose de la confiance du peuple. Ceci dit, nous ne sommes nullement partisans des pourfendeurs de l'APARECO et de Ngbanda au motif qu'il a les mains salles. Les gestionnaires actuelles de la transition et leurs acolytes, le PPRD, sur les mêmes traces du MPR et de Ngbanda méritent le même sort devant l'histoire : l'oublie total, s'ils ne changent pas. Autant nous blâmons les Kamhere et le PPRD, autant nous blâmons aussi Honoré Ngdanda et ses discours. Tout congolais a souffert du système Mobutu et du MPR, même si Mobutu n'est pas seul à porter le poids de toute la crise. ¾

Norbert X MBU-MPUTU
London, UK

Congo Vision   
22/10/05  


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.