TRAVAIL ET DIALOGUE
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews, Entrevues...
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

Bemba préconise un front électoral anti-Kabila en RDC


( Challenges 24/11/2011)

KINSHASA (Reuters) - L'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, actuellement détenu aux Pays-Bas où il est jugé par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre, est sorti jeudi de son silence pour demander à l'opposition de s'unir derrière un candidat pour battre le président sortant Joseph Kabila.

Ce dernier, au pouvoir depuis l'assassinat de son père Laurent-Désiré Kabila en janvier 2001, aborde en favori le scrutin de lundi face à une opposition désunie.

Bemba, qui avait été battu de peu lors de la présidentielle de 2006, dispose d'un parti, le Mouvement pour la libération du Congo (MLC), qui est la première force d'opposition au Parlement et compte de nombreux soutiens populaires dans l'ex-Zaïre.

"J'appelle tous les candidats de l'opposition à assumer leurs responsabilités et à organiser un front uni autour d'un candidat unique pour garantir une alternative au régime actuel", estime cet ancien chef de guerre.

Dans une lettre ouverte lue mercredi soir à la télévision, il ajoute: "Il n'est pas trop tard pour sauver le pays".

Bemba y fait l'éloge des trois principaux candidats de l'opposition - Etienne Tshisekedi, l'opposant historique, Vital Kamerhe et Léon Kengo wa Dondo - sans faire connaître sa préférence.

Il avait été arrêté en 2008 en Belgique en vertu d'un mandat d'arrêt de la CPI relatif à des crimes présumés commis par des rebelles ayant son soutien en Centrafrique voisine.

Mercredi, les observateurs internationaux ont fait part de leur inquiétude au sujet du scrutin de lundi, estimant que les procédures de la Cour suprême pour juger les accusations d'irrégularités étaient peu claires.

La campagne pour les élections présidentielle et législatives a été marquée par des violences, des retards logistiques et par des accusations de candidats rivaux sur l'avantage dont bénéficierait Joseph Kabila.

Selon l'Union européenne, la Cour suprême - chargée d'entériner les résultats en dernière instance - traite les plaintes déposées sur l'organisation des élections sans grande transparence.

L'élection présidentielle est la seconde organisée depuis le conflit de 1998-2003, qui a fait environ cinq millions de morts. La RDC est toujours en proie à des conflits avec les rebelles de l'Est, malgré l'accord de paix signé il y a huit ans.

Joseph Kabila s'est dit confiant dans sa capacité de remporter l'élection, qui ne comportera qu'un seul tour.

Ses opposants affirment qu'il a bénéficié de moyens publics pendant sa campagne ainsi que d'un accès privilégié aux médias.

Jonny Hogg, Hélène Duvigneau et Jean-Loup Fiévet pour le service français

24-11-11 à 15:30

© Copyright Challenges

© Congo Vision


Présidentielle en RDC : Bemba laisse planer le doute... pour mieux préparer 2016

24/11/2011 à 17h:15 Par Philippe Perdrix

En appelant à voter le 28 novembre pour l'opposant congolais qui aura « le plus de chances de garantir le changement et l'alternance », sans plus de précision, Jean-Pierre Bemba tente d'influencer la présidentielle de 2011 en RDC tout en préservant au maximum ses chances d'alliances pour 2016. Analyse.

Après avoir rencontré « à plusieurs reprises » Étienne Tshisekedi, Vital Kamerhe et Léon Kengo wa Dondo , Jean-Pierre Bemba s'est contenté d'appeler à voter lundi 28 novembre pour le « candidat qui a le plus de chances de garantir le changement et l'alternance (...) et qui ne pourra pas trahir le peuple congolais ». Son communiqué a été lu à la télévision, hier soir, par le secrétaire général du Mouvement de libération du Congo (MLC), Thomas Luaka.

Depuis sa cellule de La Haye (Pays-Bas), le challenger de 2006 (42 % des voix au second tour) n'a donc pas donné de « consigne claire » pour la présidentielle congolaise , contrairement à ce qu'annonçait il y a quelques jours dans Jeune Afrique son homme de confiance, Fidèle Babala . Ce dernier marquait alors sa préférence pour Kamerhe. Luaka a, au contraire, indiqué qu'il voterait Tshisekedi. En fait, le parti est divisé et Bemba a préféré ne pas choisir clairement même si la formulation retenue semble être une référence au Sphinx de Limete .

Ticket Bemba - Kamerhe

Selon un proche du président du MLC, le texte du communiqué rédigé à Kinshasa lui a été envoyé en laissant un espace vide là ou le nom du candidat choisi devait apparaître. « Jean-Pierre Bemba a subi de nombreuses pressions et a beaucoup hésité. Il a toujours été persuadé qu'un ticket avec Kamerhe pouvait faire très mal en RDC , mais ce dernier l'inquiète pour la prochaine présidentielle de 2016. À 78 ans, Tshisekedi est de ce point de vue beaucoup moins menaçant. »

En prison depuis mai 2008 et poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) pour les exactions commises par ses hommes en Centrafrique entre 2002 et 2003, Jean-Pierre Bemba ne pense qu'à une chose : son retour au pays et son destin présidentiel, après son acquittement. La fin de son procès est attendue pour décembre.

Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Présidentielle en RDC : Bemba laisse planer le doute... pour mieux préparer 2016 | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Jeune Afrique Web


La consigne imprécise de Bemba

( BBC Afrique 24/11/2011)

Jean Pierre Bemba n'a pas donné de consige de vote explicite
L'ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, arrivé deuxième lors de la dernière présidentielle, ne se présente pas en raison de sa détention à la cour pénale internationale à la Haye.

Il s'est néanmoins prononcé sur ce double scrutin en demandant aux congolais de voter pour le candidat d'opposition qui "garantira" l'alternance.

Le message de Jean-Pierre Bemba était attendu dans les états-majors politiques comme chez les 7 millions d'électeurs qui ont voté pour lui en 2006.

Ses admirateurs restent nombreux en RDC, surtout à Kinshasa et dans sa province natale de l'Equateur.

Peu avant 20 heures mercredi soir sur la télévision du Mouvement de libération du Congo, le secrétaire général du parti Thomas Luhaka lit enfin un e-mail de Jean-Pierre Bemba qui rapporte avoir rencontré trois autres candidats de l'opposition récemment : Etienne Tshisekedi, Vital Kamerhe et Léon Kengo wa Dondo :

"Chacun d'eux s'est engagé à mon égard à poursuivre un dialogue constructif devant utilement aboutir à des désistements au profit d'un seul parmi les trois candidats précités", déclare Thomas Luaka, lisant l'e-mail de Bemba.

"Il n'est pas encore trop tard pour sauver le pays à cet égard. A défaut, je demande au peuple congolaise de porter unanimement ses voix à un seul candidat, celui qui a le plus de chances de garantir le changement et l'alternance au pouvoir actuel, et qui ne pourra pas traduire le peuple congolais."

Après les déclarations de messieurs Tshisekedi et Kamerhe qui se sont tous les deux opposés à une fusion de leurs candidatures ces derniers jours, libre donc à chaque électeur du MLC de choisir son favori.

M. Bemba ne les aide pas beaucoup : il a salué autant la lutte importante que mène avec permanence Etienne Tshisekedi que le dynamisme et la vision de Vital Kamerhe ou la connaissance et l'expérience de Léon Kengo wa Dondo.

La position de Jean-Pierre Bemba ne réduira donc pas le fractionnement de l'opposition, qui continue à profiter au président Joseph Kabila dans une élection à un seul tour où il n'est pas nécessaire d'obtenir une majorité absolue pour être élu.

Dernière mise à jour: 24 novembre, 2011

© Copyright BBC Afrique


Tshisekedi, Kamerhe et Kengo: Mlc : difficile choix de Bemba !

( La Prospérité 24/11/2011)

De sa cellule de Scheveningen, à La Haye, où il se trouve, le Chairman du Mouvement de Libération du Congo vient de donner la consigne de vote à ses partisans. Avec trois portraits-robots à la clé, Bemba dit avoir été contacté par Tshisekedi, Kamerhe et Kengo. En Tshisekedi, il reconnaît le combat acharné contre la dictature, l'expérience mais également, la propension à ne jamais trahir le Congo. De Kamerhe, Bemba Gombo soutient qu'il représente le dynamisme, la percée et surtout, la valeur d'un homme empreint des perspectives. Quant à Léon Kengo, Jean-Pierre Bemba affirme que le candidat n°7 est un homme compétent et doublé d'une expérience avérée.

Pour trancher, Bemba appelle, enfin, le peuple congolais à voter pour le seul candidat qui a le plus de chance de l'emporter mais aussi qui ne pourra pas trahir le Congo et son peuple. Autrement dit, Bemba est derrière Tshisekedi, s'il faut faire à la loupe, l'exégèse de cette consigne à peine voilée. Cette position va-t-elle gêner Kamerhe et Kengo ? Tout en appelant à un front commun de l'opposition en vue de l'alternance, Bemba souhaite ardemment un dialogue constructif au sein de l'Opposition politique congolaise. Aussi, pense-t-il qu'il n'est pas trop tard, pour y parvenir. C'est là peut-être qu'il se heurtera contre le Sphinx qui, lui, a tourné le dos aux négociations sur la candidature unique ou commune. Même Kamerhe ne saurait admettre de marcher à reculons alors qu'il parle de la stratégie de l'encerclement, si l'Opposition veut aller loin. C'est donc à travers une déclaration lue hier sur CCTV par le SG du Parti, Thomas Luhaka, que Igwe'' a demandé, sans surprise, à ses militants et sympathisants de voter massivement et exclusivement pour les Candidats Députés MLC.

Quant à la Présidentielle, Jean-Pierre Bemba s'est prononcé en des termes teintés de tournure dont seuls les plus esprits ésotériques peuvent saisir la portée politique essentielle. La raison est évidente, selon qu'il s'agit d'un choix déterminant, pour l'avenir de l'Opposition congolaise et de la nation face aux scrutins du 28 novembre 2011. En effet, contacté par trois candidats présidentiables, en l'occurrence, Etienne Tshisekedi, Vital Kamerhe et Léon Kengo, Jean-Pierre a reconnu en chacun ses mérites. Redistribution des cartes En Tshisekedi, il reconnaît le combat acharné contre la dictature, l'expérience mais également sa propension à ne jamais trahir le Congo. De Kamerhe, Bemba Gombo soutient qu'il représente le dynamisme, la percée et surtout un homme empreint des perspectives. Quant à Léon Kengo, Jean-Pierre Bemba affirme que le candidat n°7 est un homme compétent, doublé d'une expérience avérée. Tout en appelant à un front commun de l'opposition en vue de l'alternance, Jean-Pierre Bemba souhaite un dialogue constructif au sein de l'opposition politique congolaise. Aussi, pense-t-il qu'il n'est pas trop tard, pour y parvenir.

Consigne

De ce qui précède, Jean-Pierre Bemba appelle le peuple congolais à voter pour le seul candidat qui a le plus de chance de l'emporter mais aussi qui ne pourra pas trahir le Congo et son peuple. Embarras Même si Bemba est embarrassé, étant en bon terme avec tout le monde, plus particulièrement, les trois présidentiables ci-devant cités, il est un peu plus clair qu'au regard des portraits-robots décrottés, le Chairman du MLC porte son choix sur le candidat n°11, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, comme l'avait soufflé le lundi dernier, le Président national du MPCR, Jean-Claude Vuemba. Cette position de Jean-Pierre Bemba, on l'espère, ne gênera en rien les deux autres candidats, d'autant plus que tous ne jurent que par l'alternance.

La Pros.

© Copyright La Prospérité


Jean-Pierre Bemba a failli « lâcher un nom »!

( Direct.cd 24/11/2011)

KINSHASA A cinq jours de la présidentielle en RD Congo, l'opposant Jean-Pierre Bemba, détenu à la Cour pénale internationale, a appelé mercredi à voter pour le candidat d'opposition qui « garantira » l'alternance, parmi les trois principaux en lice, en l'absence de candidature commune.
« J'ai rencontré à plusieurs reprises » Etienne Tshisekedi, Vital Kamerhe et Léon Kengo, en les appelant « à se ranger en front commun autour d'un seul candidat pour garantir l'alternance au régime actuel », a dit le leader Mouvement de libération du Congo (MLC), dans un message lu dans la soirée à une télévision pro-MLC par le secrétaire général du parti, Thomas Luaka.

« Chacun d'eux s'est engagé () à poursuivre un dialogue constructif devant utilement aboutir à des désistements au profit d'un seul », et « il n'est pas encore trop tard », a poursuivi M. Bemba.

« A défaut, je demande au peuple congolais de porter unanimement ses voix (sur) un seul candidat, celui qui a le plus de chances de garantir le changement et l'alternance () et qui ne pourra pas trahir le peuple congolais », poursuit M. Bemba, battu à la présidentielle de 2006 par le chef de l'Etat Joseph Kabila, qui brigue un second mandat.

M. Tshisekedi est « porteur d'une vision d'espérance, basée sur la permanence d'une lutte que tous nous reconnaissons comme importante dans l'histoire de notre démocratie », a dit M. Bemba.

Vital Kamerhe, passé dans l'opposition en 2010, « fait preuve d'une percée, d'un dynamise et d'une vision qui ouvrent des perspectives prometteuses pour la RDC », a-t-il jugé à l'endroit de l'ex-président de l'Assemblée.

Enfin, le mobutiste Léon Kengo, actuel président du Sénat, « a une connaissance avérée et une expérience éprouvée dans les affaires de l'Etat », a expliqué le chef du MLC.

Interrogé par l'AFP pour savoir quel candidat pouvait le plus « garantir l'alternance », M. Luaka a répondu: « S'il n'y a pas de compromis (pour une candidature commune), moi je voterai Tshisekedi ».

Onze candidats se présentent à la présidentielle, qui se tient lundi en même temps que les législatives. Les deux scrutins sont à un tour.

Jean-Pierre Bemba est détenu depuis 2008 par la CPI où il est jugé pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis entre octobre 2002 et mars 2003 par sa milice en Centrafrique où elle était venue soutenir les troupes du président Ange-Félix Patassé, en butte à une rébellion du général François Bozizé.
.Publié par La Rédaction, le 24 novembre 2011

© Copyright Direct.cd

Visiter le site de: Direct.cd


Présidentielle 2011 : pas de consigne de vote de Bemba pour les candidats de l'opposition

Kinshasa, 24/11/2011 / Politique

Des candidats de l'opposition qui attendaient que le président du MLC, Jean-Pierre Bemba donne la consigne de vote en leur faveur sont déçus. Depuis sa prison de La Haye, il a passé un message dans lequel il a appelé à voter en faveur d'aucun candidat en particulier.

Le message de Jean-Pierre Bemba était largement attendu dans les états-majors des partis politiques comme chez les 7 millions d'électeurs qui ont voté pour lui en 2006. Ses admirateurs restent nombreux en RDC, surtout à Kinshasa et dans sa province natale de l'Equateur. Peu avant 20 heures, mercredi soir, sur la télévision du MLC, le secrétaire général du parti, Thomas Luhaka, lit un e-mail de Jean-Pierre Bemba qui rapporte avoir rencontré récemment 3 leaders de l'opposition : Etienne tshisekedi, Vital Kamerhe et Kengo wa Dondo : « chacun d'eux s'est engagé à mon égard à poursuivre un dialogue constructif devant utilement aboutir à des désistements au profit d'un seul parmi les trois candidats précités. Il n'est pas trop tard pour sauver le pays à cet égard. A défaut, je demande au peuple congolais de porter unanimement ses voix à un seul candidat, celui qui a plus de chances de garantir le changement et l'alternance au pouvoir actuel et qui ne pourra pas trahir le peuple congolais. »

Après les déclarations de Kamerhe et de Tshisekedi qui se sont tous les deux opposés à la fusion de leurs candidatures, ces derniers jours, libre est donc à chaque électeur du MLC de choisir son favori.

M. Bemba ne les aide pas beaucoup. Il a salué autant la lutte importante que mène , avec permanence,  Tshisekedi que le dynamisme et la vision de Vital Kamerhe ou la connaissance et l'expérience de Léon Kengo wa Dondo.

La réaction de Jean-Pierre Bemba ne réduira donc pas le fractionnement de l'opposition  qui continue à profiter au président sortant Joseph Kabila dans une élection à un seul tour et où il n'est pas nécessaire d'obtenir une majorité absolue.  

Pas de consigne de vote de Bemba pour la présidentielle, mais bien pour l'assemblée

Le sénateur congolais d'opposition et ancien vice-président Jean-Pierre Bemba a appelé mercredi, depuis sa prison aux Pays-Bas, ses électeurs à voter pour des candidats de son parti, le Mouvement de Libération du Congo (MLC) lors des élections législatives de lundi prochain, mais sans apporter de clair soutien à aucun des principaux candidats d'opposition à la présidentielle qui se tiendra le même jour.

"Chers compatriotes, le 28 novembre prochain, venez nombreux, rassemblez vos frères et surs, parents, amis et connaissances, votez pour que le prochain parlement regorge de députés du MLC", a-t-il indiqué dans un communiqué transmis à l'agence BELGA par son avocat bruxellois, Me Aimé Kilolo Musamba.
"Ma consigne est la suivante: votez massivement MLC", a ajouté M. Bemba, détenu et jugé par la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes de guerre commis par ses troupes en Centrafrique en 2002 et 2003. Il plaide non coupable.

Le président du MLC n'a en revanche donné aucune consigne de vote à ses électeurs pour la présidentielle, refusant de trancher en faveur de trois principaux candidats d'opposition - Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, Vital Kamerhe et Léon Kengo Wa Dondo -, qu'il a appelé à "s'unir".

MMC

 

 
 
Copyright © 2000-2011 Congo Vision. Tous droits réservés.