TRAVAIL ET DIALOGUE
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews, Entrevues...
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

Prendre Position contre l'impunité au Congo 

Makuba  T.  SEKOMBO
akyubwa@mjpcongo.org

Il est moralement inexcusable dans ce 21ème siecle que les gens tels que le général Laurent Nkunda, général Bosco Ntaganda, et d'autres officiers militaires de la FARDC et les chefs de milices accusés d'avoir commis des horribles crimes de guerres et crimes contre l'humanité marchent librement et que la communauté bien nationale qu'internationale s'accomode à cette réalité cruelle qui traine sur la justice au nom de faire la paix.  Pourqoui est-il facile de croire qu'on peut faire la paix sans rendre justice?  La paix sans justice est une farce comme l'avait dit l'ancien premier ministre guinéen, François Lousény. 

Sans hypocrisie ou complaisance, il est temps que la verité soit dite, que tout le monde soit interpellé, meme ceux-la qui croient que le gouvernement Congolais est en bonne marche. L'impunité comme signe de l'absence du système judiciaire ou l'inéfficacité des institutions judiciaries existantes aujourdhui, se voit partout au Congo et est la source de la resurgence des conflits armés, des viols de femmes et filles, des assassinats multiples des journalistes et des défenseurs de droits humains; le cas horrible le plus recent de l'assassinat de Floribert Chibaya, directeur exécutif de l'organisation de la défense de droits de l'homme "Voix de sans Voix" en est l'example typique, l'illustration d'un pays encore en ébullution.  Hugo Grotius, le père fondateur du droit international l'a bien écrit que lorsque le règlement judiciaire échoue, la guerre commence.1

L'interpellation est claire à toute personne de bonne foi, congolaise et non congolaise, qui voudrait aider le congo et le congolais de prendre la position contre l'impunité au Congo.  La décision de prendre la position contre l'impunité est morale, humaine et aussi noble.  Elle est la défense de la justice, un pacte social qui indique l'intolérance aux atrocités perpetrées contre les innocents; l'engagement à défendre la justice dans toute sa forme et ultimement défendre l'humanité. En dehors de cet acte reigne l'indifférence ou la complaisance aux atrocités qui est aussi moralement coupable au meme niveau que commettre ces crimes.  

L'humanité fait défi à tous que les crimenels des horribles actes qui ont couté des millions de vies et causé ou forcés des miliers de déplacés/refugiés dans leur propre pays ne demeurent pas impunis. Comme on le dit dans la justice internationale, L'intérêt de la justice transitionnelle transcende les fractures régionales. Ce n'est pas une préoccupation exclusive aux Congolais, mais devrait concerner tous en Afrique et partout au monde. Lutte contre l'impunité est au cur de la justice transitionnelle. Du point de vue des droits humains, il est essentiel que les crimes ne restent impunis.1 L'impunité envoie toujours le faux message que les actes criminels sont approchés et encourage les autres de perpettre ces genres d'actes.  Il est vraiment affligeant quand parfois l'intervention internationale se voit lente ou inexistante aux malheurs du peuple congolais. Le défi interpelle tout citoyen du monde, qui est soucié de voir la justice partout au monde de s'impliquer dans cette lutte noble contre l'impunité qui bat le record au Congo.  Martin Luther King l'a bien dit:" Injustice anywhere is a threat to justice everywhere" c'est à dire l'injustice quelque part (au Congo) est une menace à la justice partout (au monde). 

Il est vraiment le bon moment pour le citoyen du monde de se mobiliser pour combattre l'injustice, l'impunité dans les pays en ébullition politique telsque le Congo, la Guinée-Conakry ou la Côte d'Ivoire. Prendre la position contre l'impunité c'est aussi défendre la jeune démocratie au Congo si elle va continuer à exister et se déveloper. On peut soutenir qu'il n'y pas de processus démocratique sans justice ou en présence de l'impunité. Rendre justice est l'essence à toute démocratie.  Le manque de justice est le synonyme même de l'anarchie. Le rôle de la justice dans la société est essentiel pour le pacte social: si les citoyens ne croient pas que la justice leur sera rendue par les tribunaux, alors ils peuvent avoir la tentation de se rendre justice eux-mêmes. C'est ça le début de conflits, éthniques ou armés.

La francise impose que le gouvernement congolais (pouvoir exécutif, législative et judiciaire) recouvre sa vue et se rende compte que le progrèss demeurera négligeable aussi longtemps que la justice continue à marcher à pas de cameléon. Ce sont la justice et la police de l'état qui garantissent les droits aux citoyens, y compris le droit inaélienable à la vie. Si les deux institutions ne peuvent pas accomplir cette tâche cruciale, alors on doit l'avouer que l'état demeure "un état en faillite"; état sans
démocratie.

Tout citoyen ou toute citoyenne qui aime son pays ne voudrait pas que son pays soit assigné le qualificatif d'un état en faillite et insisterait de rappeler au gouvernement congolais de veiller sur les droits de ses citoyens.  Dans cette optique, il convient d'inviter les gouvernants congolais de prendre aussi position contre l'impunité par les actes et non pas par les promesses parlées qui n'ont jamais abouti aux résultats escomptés.  Reconnaissant le moindre effort fourni dans ce domaine par ce gouvernement, une vingtaine des process seulement amorcée depuis 2009 sur 6 433 cas de violences sexuelles commises aux femmes et filles et rapportées en 2009 au Nord et Sud Kivu, y compris la condemnation du fameux colonel Ndayambaje Nyangara Kipanga ancient de la CNDP; cependant il avait réussi à s'évader de la prison2. 

Le sort des assassins de six journalistes et trois défenseurs de droits humains sans inclure Floribert Chibeya Bahizire qui vient d'être tué il ne fait pas un mois, demeure inconnu au public congolais.  Le mandat d'arret internationale délivré contre le général Bosco Ndaganda anisi que l'extradiction du général Laurent Nkunda ne vers la Hague a la Cour Penale Internationale (CPI) ne sont que le peu d'éléments sur le menu qui demandent que le gouvernement congolais prenne l'impunité au serieux et prouve sa bonne volonté de persécuter les malfaiteurs.

Il est important avant de clôre de rapeller au public national et international et surtout au gouvernement du Congo que les poursuites pénales jouent un rôle capital dans la justice transitionelle et le jouera dans la justice au congo actuel3.  De l'anarchie à la démocratie, le congo
a besoin d'une campagne rigoureuse des poursuites pénales contre les bandes de malfaiteurs: criminels de guerre et de crime contre l'humanité et de violences sexuelles contre les femmes et filles pour esperer:

En conclusion, le public national et international devrait examiner le prix de garder le silence tandis que l'impunité joue un rôle dans l'épidémie de viols, crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Congo. De l'anarchie à la démocratie, le Congo a besoin d'un système de justice national rigoureux pour être en mesure de faire en sorte que tous ceux qui commettent des crimes horribles soient traduits en justice pour dissuader ces genres de comportement et que leurs victimes aient l'accès à des réparations pour retablir la confiance du public en l'Etat.

26 Juin 2010

© Congo Vision


 
 
Copyright © 2009 Congo Vision. Tous droits réservés.